Intoxication au Plomb (Saturnisme)

Plan

I. Introduction
II. Propriétés Physicochimiques
III. Etiologie des Intoxication
IV. Toxicocinétique
V. Mécanisme d’action
VI. Symptomatologie
VII. Traitement
VIII. Toxicologie Analytique
IX. Conclusion

I. Introduction:

Plomb utilisé depuis l’antiquité : ⇒ toxique industriel majeur
⇒ polluant de l’environnement
Intoxications : aiguës : rares
chroniques = SATURNISME : toujours d’actualité
saturnisme infantile

II. Propriétés physicochimique:

Plomb : du latin plombum = Argent liquide
Métal : mou bleuâtre à gris argent
Point de fusion bas (327°C)
Forte densité
Capacité à former des alliages
Solubilité : eau ⇒ intoxication / eaux de boisson et acides organiques
Utilisation : plaques d’étanchéité, blindages anti-radiations, alliages pour soudure …
Dérivés organiques : plomb tétraméthyle (PTM), plomb tétraéthyle (PTE)
autrefois : antidétonants dans l’essence
liposolubles : ⇒ toxicité SNC, foie, rein ⇒ pénétration cutanée
volatils : ⇒ « sniffing » des carburants (toxicomanie)
Dérivés inorganiques : les plus nombreux, trés peu hydrosolubles
sulfure : « galène » (PbS) – minerai naturel
oxydes : « massisot jaune » (PbO) – verre, émaux …
« minium » (Pb304) – rouge, peintures antirouille
hydrocarbonates : « céruse »– pigment blanc / peintures, interdit mais présents dans les logements
anciens ⇒ saturnisme = « maladie sociale »
arséniate : « insecticide » – interdit mais rémanence très longue ⇒ dans les champs anciennement
traités
acétate : « eau-blanche » – toujours utilisé (lotions capillaires colorantes …)
iodure : hydrosoluble ⇒ en dermatologie autrefois

III. Etiologie des Intoxication:

1. Criminelles : très rares aujourd’hui, autrefois : « eau-blanche » (acétate Pb) mélangée au lait
2. Professionnelles : nombreuses activités utilisent Pb
– métallurgie, soudure, fabrication d’accumulateurs, récupération des métaux, verrerie, fabrication :
vernis, peintures, émaux, munitions … etc
3. Non-professionnelles :
Eau de Boisson : habitations anciennes : canalisations en Pb.
eau « agressive» (pH < 6,5) : Pb ionisé ⇒ en solution.
eau du matin (stagnante) : plus concentrée en Pb.
2005 : 70% des canalisations de Paris hors normes.
Aliments : contamineé par « procédé de fabrication »
Conserves « ancienne génération » : soudures, Vin : capsules métalliques.
Aliments acides (fruits, salades) : ustensiles vernissés ⇒ « saturnisme du saladier »
Gibier : plombs
Pollution atmosphérique : ⇒ charge en plomb de l’organisme : Industrie, Rejets automobiles
(essences plombées).
Poussières Contaminées : dépôt / sol, contamination par ingestion ⇒ activité de PICA / enfant.

IV. Toxicocinétique:

1. Absorption :
Voie digestive : Pb / eau, aliments, poussières : Adulte ≈ 10%, Enfant ≈ 40 à 50 %
Voie pulmonaire : Pb / atmosphère (poussières, vapeurs) ≈ 35% ⇒ la + efficace
Voie cutanée : dérivés organiques liposolubles / peau lésée
Passage barrière placentaire : ⇒ foetus exposé ⇒ exposition commence dès stade foetal
2. Distribution :
Elle est tricompartimentale :
Circulatiion générale : 1 à 2 % [hématies] 16 fois > [plasma], 1/2 vie plasmatique = 25 jours ⇒
dosage Pb / sang total
Tissus mous (moelle osseuse, poumons, reins, SNC) : reflet l’exposition récente : 1/2 vie : quelques
mois.
Tissus durs (squelette, dents) : stockage, reflet l’exposition cumulative : 20 à 30 ans
3. Métabolisme : RAS
4. Elimination :
Urines : (80 %), selles : fraction non absorbée + excrétion biliaire, phanères (ongles, cheveux),
salive.

V. Mécanisme d’action:

1. Hématotoxicité :
A. Action centrale = sur la moelle osseuse :
a. Inhibition de la biosynthèse de l’hème :

Conséquenses :
Baise de la synthese de l’hémoglobine ⇒ Anémie
Accumulation d’ALA plasmatique ⇒ Excrétion urinaire élevée.
Stress Oxydatif + relargage du fer de la ferritine.
Accumulation de zinc-protoporphyrine IX (ZPP) caractéristique de l’intoxication chronique
A2. Action sur la lignée myéloïde :
↑ précurseurs + ↓cellules matures ⇒ Réduction de l’immunité.
B. Action périphérique (sur les érythrocytes circulant)
Inhibition pyrimidine 5’-nucléotidase :
⇒ accumulation nucléosides pyrimidiques
⇒ précipitation nucléosides en excès
⇒ formation granulations basophiles
⇒ hématies ponctuées
Fragilisation de la membrane érythrocytaire :
L’effet pro-oxydant du Pb : Accumulation de l’ion superoxyde
L’inhibition de la pompe Na+/K+ membranaire : perturbation du transport actif et réduction de la
viabilité des érythrocytes.
2. Altération de l’homéostasie calcique :
– Pb2+a une affinité > Ca2+ pour la calmoduline et CPK
⇒ Altération des mécanismes de signalisation.
⇒ Interférence avec la captation+ stockage Ca2+ dans la mitochondrie.
– Pb traverse la BHE car se substitue au Ca 2+ et dépôt du Pb dans le cerveau.
3. Neurotoxicité :
• Inhibition du métabolisme énergétique aérobie.
• Substitution du calcium par le plomb.
• Inhibition de l’activité Na+/K+-ATPase
• Blocage des canaux calciques voltage dépendants.
• Blocage ou suractivation des récepteurs du glutamate (NMDA).
⇒ encéphalopathies et de neuropathies périphériques.
4. Néphrotoxicité :
Inhibitions enzymatiques + dommages oxydatifs :
⇒ Atteintes tubulaires proximales aigues ;
⇒ Néphropathies interstitielles évoluant vers l’atrophie et la fibrose ;
⇒ Perturbation du système rénine-angiotensine induisant une H.T.A.
5. Génotoxicité et cancérogénicité : indirect
– Les systèmes de réparation de l’ADN ;
– Le maintien de la structure de l’ADN ;
– L’expression de certaines kinases régulant le contrôle du cycle cellulaire
6. Effet sur la reproduction : Oligospermie, Tératospermie, Avortement et Malformation

VI. Symptomatologie:

1. Intoxications aigues : rares
Symptomes non spécifiques
D’abord : violent syndrome gastro-intestinal : douleurs abdominales intenses, coliques,
vomissements, diarrhées, soif.
Puis : Troubles nerveux : agitation, faiblesse musculaire ⇒ paresthésies, convulsions.
Troubles rénaux : NTA.
Troubles cardiovasculaires : collapsus ⇒ MORT.
2. Intoxications chronique : 2 phases
Phase d’imprégnation : PRE-SATURNISME
Silencieuse : peu de signes cliniques, mais signes biologiques.
Signes cliniques : liseré saturnin (liseré de Burton) : précipité sulfure Pb / collet des dents ⇒ liseré
gingival bleuâtre.
Signes biologiques (troubles hématologiques) : anémie modérée, ↓Hb, hématies ponctuées
(granulations basophiles), PPZ.
Phase d’état : SATURNISME
Troubles de l’état général : malaises, anorexie, amaigrissement, fatigue.
Troubles gastro-intestinaux : douleurs abdominales intenses, colique, vomissements.
Troubles nerveux : 2 types
Encéphalopathie (surtout enfant) :
Lésions : oedème cérébral, dégénérescences axonales.
Signes : abêtissement, irritabilité, céphalées, delirium tremens, convulsions, paralysies, coma
Neuropathies périphériques :
Lésions : démyélinisations, dégénérescences axonales.
Signes : hyperesthésies, paralysies (poignets, doigts) « mains en griffe » : faiblesse des muscles
extenseurs de la main.
Troubles rénaux : NTIC ⇒ insuffisance rénale, hyperuricémie ⇒ crises de goutte
Autres effets : hypertension artérielle, ↓fécondité masculine, foetotoxicité.

VII. Traitement:

1. Intoxications aiguës :
Traitement symptomatique : antalgiques / douleurs abdominales.
Traitement spécifique : chélateurs
2. Intoxications chroniques :
Traitement spécifique : chélateurs
EDTA calcique : 2 x 1g /j IV pendant 5j, arrêt (3-4 sem) car délétion éléments essentiels,
renouvellement : si plombémie rebond.
BAL (dimercaprol) : IM
DMSA : per os

VIII. Toxicologie Analytique:

1. Recherche et dosage du plomb :
Matrices : viscères, sang, urines
atmosphère (particules / filtre acétate cellulose)
Destruction matière organique : minéralisation sulfonitrique
Méthodes : Spectrophotométrie d’absorption atomique = REFERENCE
Voltamétrie à décapage anodique
Torche à plasma couplée à la SM
Polarographie
Dithizone (Truhaut-Boudène)
Plombémie : adulte : N < 300 μg/l, enfant : N < 100 μg/l
2. Marqueurs biologiques de l’intoxication au plomb :
URINES :
ALA-U : N < 20 mg/g créatinine, bonne spécificité
Hyperplomburie provoquée : injection EDTA calcique, recueil urines / 24h, dosage plomburie,
saturnisme si [Pb]urines > 300 μg/l
SANG :
Protoporphyrines érythrocytaires (PP et PPZ) : N < 20 μg/g Hb, corrélé à plombémie très
précoce
Hématies à granulations basophiles : confirmation saturnisme

IX. Conclusion:

1. Saturnisme : maladie professionnelle à déclaration obligatoire (N° : 1)
Mesures : évacuation des poussières, vêtements de protection, interdiction aliments / lieu de travail
Surveillance : biologique (plombémie, PPZ, ALA-U), atmosphères ([Pb] < 150 μg/m3)
2. Protection de l’environnement
Interdiction : carbonate (céruse) et sulfate Pb / peintures.
PTE (Pb tétraéthyle) dans carburants depuis 1/1/2000 en France.

Télécharger en format PDF

Dr S.Haouat

Cet article, publié dans Toxicologie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Intoxication au Plomb (Saturnisme)

  1. Adel dit :

    Je t’en prie🙂

  2. zeynouna dit :

    merci à vous 2😉

  3. Adel dit :

    Désolé monsieur :s je vais corriger

  4. Haouat dit :

    Rq : Haouat et pas Houat, 2 a.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s