l’épidémiologie analytique

I/ INTRODUCTION

L’épidémiologie est la science qui étudie la distribution de la fréquence d’un événement sanitaire ( maladie ) selon les caractéristiques de personnes, de temps et de lieu, des facteurs qui déterminent cette répartition et des moyens de contrôle de cette évènement.

Cette définition résume les trois étapes du raisonnement Épidémiologique ( scientifique ) à savoir : l’observation et la description de l’évènement, les hypothèses et l’explication de sa survenue et enfin l’évaluation des actions de prise en charge et de prévention.

Donc il en découle de cette philosophie, l’épidémiologie descriptive, analytique et évaluative.

II/ EPIDEMIOLOGIE ANALYTIQUE

Elle cherche à déterminer le rôle que peut jouer un ou plusieurs facteurs dans la genèse d’une ou plusieurs maladies.

Elle génère des mesures d’association et établit la relation de cause à effet .

Elle nécessite la constitution de deux groupes :

Exposés au facteur de risque et non exposés ou malades et non malades( témoins ).

L’observation du facteur et de la maladie peut être réalisée au même moment, c’est la manière synchrone ou transversale.

Ou à des moments différents c’est l’étude longitudinale , c’est-à-dire l’exposition au facteur et l’apparition de la maladie sont distingués et l’exposition précède la maladie.

III/ ETUDES A VISEE ETIOLOGIQUES LONGITUDINALES

Elles suivent une démarche directe ou à rebours.

– Etude directe : Elle débute par la classification des individus de la population d’étude suivant l’exposition ou non à un facteur de risque ( étude de cohorte )

– Etude inverse ou à rebours : Les individus sont classés selon la présence ou non de la maladie et on cherche l’exposition au facteur étudié ( étude cas-témoins )

1/ Etudes de cohorte

Elles subdivisent en :

– Etudes de cohorte de population : elles sont menées sur une population entière ou sur un échantillon aléatoire représentatif de la population. On obtient spontanément des sujets exposés et des sujets non exposés. Dans ce type d’étude on peut connaître ou estimer la fréquence de la maladie chez les deux groupes.

– Etudes de cohorte sur échantillons électifs : l’investigateur choisit lui-même le groupe de sujets exposés et non exposés. Ce type d’étude convient surtout lorsque l’exposition au facteur est rare.

2/ Etudes cas-témoins

Elles se définissent essentiellement par la comparaison de deux groupes se constituant au fur et mesure de l’investigation : malades et non malades qui sont comparés quant à l’importance de l’exposition.

IV/ ETUDES A VISEE ETIOLOGIQUE TRANSVERSALES

L’exposition à un facteur et la maladie sont déterminées au même moment.

Ces études sont inaptes à montées la chronologie exposition-maladie.

1- Etudes sur échantillons non électifs : le sujet est admis dans l’étude sans avoir été au préalable classé quant à l’exposition ou à la maladie. Ce n’est qu’après son admission qu’il va être classé.

2- Etudes sur échantillons électifs

+ par rapport à l’exposition : l’investigateur choisit un groupe exposé un autre non exposé. Chaque groupe est investigué pour déterminer l’existence ou non de la maladie.

+ par rapport à la maladie : l’investigateur choisit un groupe de malades et un autre de non malades ( témoins ). Il les compare quant à l’exposition à un facteur de risque.

Une telle étude de type transversale à échantillons électifs par rapport à la maladie se comprend aussi comme une étude cas témoins.

V/ MESURES D’ASSOCIATION

Les études analytiques génèrent des indicateurs de risque ou mesures d’association.

1/ Risque de maladie : c’est le risque d’être malade au cours d’une période ( t,t+dt ), correspondant ainsi à la probabilité de devenir malade durant cette période. Il est égal au nombre de nouveaux cas enregistrés entre t et t+dt divisé par le nombre de sujets non malades au début de la période ( t ).

2/ Risque relatif : il exprime la force d’association entre la maladie et le facteur.

Il est égal au rapport : taux de malades chez les sujets exposés sur le taux de malades chez les sujets non exposés.

Plus il est supérieur à 1 plus la relation de cause à effet est forte.

3- Etude cas-témoins

On a le rapport de côtes RC ou Odds Ratio qui représente une estimation du risque relatif.

En effet il est difficile dans les études cas-témoins de calculer directement les mesures de risque R1 et R0 car le nombre de cas et témoins relève en grande partie du chercheur

Le rapport des côtes d’exposition compare les côtes d’exposition entre cas et témoins.

EXPOSITION

+                                 –

CAS                            a                                 b              M1

TEMOINS                  c                                 d             M0

Côte d’exposition chez les cas = a/b

Côte d’exposition chez les témoins= c/d

a

—-

b           ad

RC=  ——– =   —–

c            bc

d

Autres mesures d’association :

Risque attribuable : c’est : taux de malades chez les sujets exposés moins le taux de malades chez les sujets non exposés.

Il représente la partie du risque exclusivement liée au facteur étudié.

VI.CRITERES DE CAUSALITE

– liaison statistique

– constance de l’association observée : reproductibilité

– force d’association

– spécificité de l’association

– cohérence chronologique

– gradient dose effet

– cohérence avec les connaissances biomédicales ( plausibilité biologique )

– arguments expérimentaux

 

Enseignant: LEMDAOUI MOHAMED CHERIF Maître de Conférence B

Cet article, publié dans Epidémiologie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s