Surveillance épidémiologique des maladies à déclaration obligatoire

I.Introduction

La surveillance épidémiologique est un dispositif de recueil, d’enregistrement, de traitement, de diffusion et d’analyse des données relatives aux évènements sanitaires.
Elle permet de suivre l’évolution de la fréquence des maladies transmissibles et non transmissibles, de déterminer les paramètres d’environnement et de détecter tout état inhabituel, ce qui permettra d’envisager toutes les mesures préventives adéquates.

II.Législation

Article 3
En vertu de l’article de la loi n° 85-05 du 16 février sus visée, tout médecin, quels que soient son régime et son lieu d’exercice est tenu, sous peine de sanctions administratives et pénales de déclarer immédiatement toute maladie à déclaration obligatoire diagnostiquée, qu’elle soit suspectée ou confirmée. Tout responsable de laboratoire public ou privé est tenu de déclarer les confirmations de maladies à déclaration obligatoire faites dans son laboratoire.
Article 4
Les notifications des maladies à déclaration obligatoire suspectées ou confirmées sont faites sur des imprimés spécialement conçus à cet effet. Ces imprimés sont fournis par les secteurs sanitaires, les CHU et les hôpitaux spécialisés .

Article 7

En plus des notifications sur les imprimés de déclaration, le médecin ou le responsable du laboratoire est tenu de déclarer par les voies de communication les plus rapides ( télex, fax, téléphone ou tout autre moyen ) certaines situations épidémiologiques définies par circulaire du ministère de la santé.

 Article  8

Dans le cadre de la surveillance des maladies à déclaration obligatoire l’institut national de santé publique est chargé du traitement , de l’analyse et de la diffusion des statistiques épidémiologiques nationales.

Il est notamment tenu de transmettre à la direction de la prévention du ministère de la santé un état mensuel des déclarations des maladies et de faire paraître un bulletin épidémiologique national.
Article 9

Le service d’épidémiologie et de médecine préventive du secteur sanitaire est chargée du traitement de l’information collectée et d’assurer la mise en œuvre des mesures préventives de la lutte contre les maladies transmissibles déclarées dans le territoire du secteur sanitaire.

Article 12

Monsieur le directeur du cabinet du ministère de la santé et messieurs les walis sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’application du présent arrêté qui sera publié au journal officiel de la république démocratique et populaire.

III- Liste des maladies à déclaration obligatoire

1- Nombre : Trente deux maladies infectieuses font partie de cette liste

2- Elles sont groupés en fonction de leur mode de transmission

3- Liste :

  1. Choléra
  2. Fièvre typhoïde et paratyphoïde
  3. Dysenteries amibienne et bacillaire
  4. Toxi-infections alimentaires collectives
  5. Hépatites virales
  6. Diphtérie
  7. Tétanos
  8. Coqueluche
  9. Poliomyélite
  10. Rougeole
  11. Méningite cérébro-spinale
  12. Autres méningites non tuberculeuses
  13. Tuberculose
  14. Paludisme
  15. Leishmaniose cutanée
  16. Leishmaniose viscérale
  17. Kyste hydatique
  18. Rage
  19. Charbon
  20. Brucellose
  21. Bilharziose
  22. Lèpre
  23. Leptospirose
  24. Urétrite gonococcique
  25. Urétrite non gonococcique
  26. Syphilis
  27. Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (HIV)
  28. Typhus exanthématique
  29. Autres rickettsioses ( fièvre boutonneuse méditerranéenne)
  30. Peste
  31. Fièvre jaune
  32. Trachome

IV.Notifications particulières de certaines maladies à déclaration obligatoire

1- Tuberculose  
– Support de déclaration plus détaillé
– Déclaration mensuelle
2- Infection HIV
Tout médecin, ayant suspecté une infection HIV,  ou en présence d’un cas de séropositivité établie à l’étranger ou dans le cadre de dépistage quelconque doit envoyer un prélèvement ou adresser le sujet concerné au laboratoire habilité à confirmer l’infection, munie d’une lettre confidentielle au responsable du laboratoire contenant des informations personnelles, cliniques et épidémiologiques selon la fiche établie à cet effet.
En cas de séropositivité, le laboratoire adresse le sérum positif au laboratoire national de référence : institut Pasteur d’Algérie en joignant la fiche déjà pré-établie en précisant le laboratoire expéditeur du prélèvement et le résultat obtenu ainsi que la technique utilisée.
En même temps il envoie une déclaration au ministère de la santé les cas positifs enregistrés sous pli confidentiel avec un numéro de code.
Le laboratoire de référence informe de son côté le laboratoire demandeur du résultat obtenu et mentionnera : positif, négatif ou douteux.
Les cas positifs confirmés seront déclarées au ministère .
A la réception de la confirmation d’un cas par le laboratoire de référence , le laboratoire demandeur doit informer immédiatement le médecin traitant du malade en lui adressant une lettre confidentielle contenant les résultats définitifs.
3- Surveillance des paralysies flasques aigues
Cette surveillance concerne la surveillance de la poliomyélite  et tout cas de PFA doit être minutieusement investigué et de la manière suivante :

-Notification active du cas par les services concernés ( SEMEP )

-Faire deux prélèvements de selles rapidement à 24-48 heures d’intervalle
– Conservation au réfrigérateur
-Remplir le questionnaire réservé par le ministère à cet effet

-Déclaration du cas à la direction de la prévention et à l’INSP

-Envoi des prélèvements dans une glacière munie d’accumulateurs de froid à l’institut Pasteur d’Algérie.
-Contrôle du cas 60 jours après le début de la paralysie.

V.Déclaration spéciale de situations épidémiologiques

Le médecin ou le responsable de laboratoire est tenu de déclarer au secteur sanitaire territorialement compétent par les voies de communication les plus rapides ( télex, fax, téléphone ou tout autre moyen ) les situations épidémiologiques suivantes :
-Apparition d’une maladie jusque là inexistante ou ayant disparu depuis plus d’une année dans le secteur sanitaire.

-Manifestation d’un processus épidémique

• apparition dans une commune en moins d’une semaine de  5 cas ou plus de typhoïde, hépatite virale, dysenterie, coqueluche, rougeole, brucellose, bilharziose.
• diagnostic de 2 cas de méningite cérébrospinale dans une commune en moins d’une semaine
• diagnostic d’un cas de poliomyélite, diphtérie, paludisme, choléra, charbon, peste…..

Présenté par Dr LEMDAOUI . M C- Maître de Conférence B

Cet article, publié dans Epidémiologie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s